•  

    Spécial Cinéma

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Connaissez-vous les débuts du cinéma ? Et bien c’est un français ou plutôt des frères qui ont lancé les débuts du cinéma.<o:p></o:p>

    Auguste Marie Louis Nicholas Lumière (19 octobre 1862 à Besançon - 10 avril 1954) et Louis Jean Lumière (5 octobre 1864 à Besançon - 6 juin 1948) sont deux ingénieurs qui ont joué un rôle primordial dans l'histoire du cinéma et de la photographie, bien qu'ils n'aient pas inventé le Cinématographe, création de Léon Bouly en 1892 mais on y reviendra un peu plus tard, ils sont néanmoins les inventeurs de l'exploitation commerciale de la cinématographie dans des cinémas en 1895.

    Image hébérgée par hiboox.com

    cliquez ici pour voir le 1er film tourné par les frères Lumiere

    si vous ne pouver pas lire se fichier;télécharger quick time ici gratuitement !

    Revenons plus en détail sur le créateur du cinématographe, Léon Bouly, ce français, et oui messieurs les américains, à déposé le brevet du cinégraphie (du grec kinema, mouvement, et graphein, écrire) le 12 février 1892 qu’on appelait plus techniquement, vous me l'accorderez, «réversible de photographie et d'optique pour l'analyse et la synthèse des mouvements». Il trouvait que c était trop long donc le 27 décembre 1893, il apporte une correction sur le nom de son appareil qui devient Cinématographe. En 1894, Mr Bouly n'ayant pas payé les redevances de ses brevets, le nom de Cinématographe devint disponible et breveté à nouveau par les frères Lumière qui n'en sont donc pas les auteurs originaux. Les historiens constatent aujourd'hui que, dans son brevet (n°219 350), Léon Bouly fut, avant les Lumière, le véritable inventeur du terme cinématographe.<o:p></o:p>

    Les frères Lumière peuvent ainsi entrer à l'école industrielle de la Martinière. Auguste et Louis obtiennent respectivement, un diplôme de chimie et de physique.

    <o:p>Image hébérgée par hiboox.com</o:p>

    <o:p>les frères Lumière</o:p>

    En 1872, Louis crée une usine, employant une dizaine de personnes, destinée à la fabrication de plaques photographiques au gélatino-bromure d'argent. Vingt ans plus tard, sa production annuelle dépasse la barre des 15 millions de plaques en employant plus de 300 ouvriers. En 1883, il crée une pellicule qu'il nomme "étiquette bleue", qui connait un succès fulgurant en partie grâce à sa sensibilité (4ASA) qui permet d'obtenir une vitesse d'obturation de 1/60 de seconde.<o:p></o:p>

    En 1880, Louis commence ses recherches pour améliorer les plaques photographiques de son père. Ce dernier lui refusait alors l'utilisation de balances de précision et l'on raconte que Louis été obligé d'aller chez le pharmacien d'en face pour doser ses produits. Après de nombreuses journées passées dans la pénombre du sous sol, il met au point des plaques photographiques perfectionnées. Les ventes sont très satisfaisantes et devant la croissance de la clientèle, Antoine Lumière cède les fonds et s'installe à Montplaisir convaincu des capacités scientifiques de son fils.

    En 1891, les frères Lumière orientent leurs recherches vers la photographie couleur. Se basant sur le procédé de Gabriel Lippmann, ils perfectionnent cette technique qui montre malheureusement ses limites : les temps de poses restent trop longs et les couleurs ne sont pas toujours reproductibles. Louis abandonne ce procédé, pour privilégier ses recherches en matière de photochimique, et présente lors de l'exposition universelle(1900) des clichés couleurs prometteurs. En 1904, la majeure partie de problèmes liés à la réalisation de plaque autochrome est résolue et ils publient un compte rendu sur sa fabrication à l'Académie des sciences. La première production industrielle de plaques autochromes commence en 1907, et durera une trentaine d'années. En 1914, elle atteignait 6 000 plaques par jour.

    Lors d'un voyage à Paris, Antoine découvre l'invention de l'américain Edison : le kinétoscope. De retour à Montplaisir, il explique ce qu'il a vu à Louis espérant tirer lui aussi profit de cette invention. Préférant travailler seul, Louis refuse l'association avec Demesny pour améliorer l'invention de ce dernier : le phonoscope. Après des mois de recherche, ils mettent au point le cinématographe, qui sera breveté le 13 février 1895 sous le nom des deux frères bien que Louis ait d'avantage travaillé sur cette invention. (Interview de Louis Lumière à ce sujet). Le 22 mars 1895, il donne une conférence sur la photographie en couleur et présente en exclusivité son premier film, (lui aussi breveté) : La sortie des usines Lumière. Puis il réalise une quinze de films qu'il présente au congrès des photographes, à Lyon, à Bruxelles et enfin à la Sorbonne. Il montre enfin ses films au public le 25 décembre 1895 au Grand Café (plus sur cette soirée). Le succès soudain des Lumière à fait de nombreux jaloux, principalement chez les amis de Marey, Reynaud, Demeny et surtout d'Edison qui voyaient la notoriété de leur pays soudainement écrasée. Aucun de ses concurrents à part peut-être Edison, n'avait les moyens dont les frères disposaient. Ceux-ci tournent, en une année, plus de cinquante films, tous projetés avec succès devant le public parisien.

    Image hébérgée par hiboox.com

    Le cinématographe des frères Lumière en 1895

    Les films Lumière seront projetés, pendant plus d'un an, dans le salon Indien du Grand Café. Cette salle peut accueillir 120 spectateurs qui paient chacun 1 franc la place. Une vingtaine de films d'une minute chacun sont projeté par séance. Si les premiers soirs sont décevants au niveau du nombre d'entrée, au bout d'une semaine la file d'attente mesure plus de 300 mètres ! En cinq ans, le bénéfice atteindra la somme astronomique de trois millions de francs. En 1896, Antoine ouvre une seconde salle de cinéma boulevard Saint Denis.

    Des centaines de demandes d'achat affluent des quatre coins du monde. Tout le monde veut avoir le cinématographe. Louis Lumière, n'étant pas pressé de mettre son invention sur le marché, ne fixe aucune date de mise en vente. Jules Charpentier est chargé de la fabrication en séries et les délais sont très longs. Pendant ce temps, les frères créent une école d'opérateur. Ceux-ci sont chargés de faire la promotion du cinéma dans le monde et de prendre de nouvelles vues pour un public friand de vues exotiques. Les Lumière touchent 50% des recettes brutes des opérateurs. Un des plus connus reste Mesguish à qui Louis a dit, en l'embauchant, que "le cinéma est une invention sans avenir".

    Les opérateurs qui tournent plus de 500 films en deux ans, découvrent, par hasard, des effets spéciaux. Le premier lors de la projection de la vue "Démolition d'un mur". Le projectionniste avait alors mis la pellicule à l'envers et le mur, au lieu de tomber en morceaux, se reconstituait et se remettait debout. Le premier travelling (appelé à l'époque "panorama") a été fait à Venise sur une gondole, un opérateur ayant l'idée de "filmer avec une caméra mobile, des objets mobiles"

    Image hébérgée par hiboox.comImage hébérgée par hiboox.com

                                                            les frères Lumiere

    Lors de l'exposition universelle, les Lumière ont proposé de projetter leurs vues sur écran géant. Pour des raisons de sécurité, celui-ci ne mesurera que 16m sur 21m. La toile est immergée entre chaque séance pour que le poids de l'eau la maintienne tendue. Les spectateurs se placent des deux cotés de l'écran, sur le Champ-de-Mars.


    Mais le public finit pas se lasser des vues Lumière pour se tourner vers des productions prometteuses comme Pathé, Gaumont et surtout Méliès. Louis fait baisser les entrées de son cinéma à 50centimes et tourne un film plus long intitulé "Passion de Jésus" qui sera sans succès. Il finit par abandonner la production filmique : "faire des films ce n'est plus mon affaire".

     

    Image hébérgée par hiboox.com

        Thomas Alva Edison

    déposa un nombre record de 1 093 brevets dans des domaines très variés

    Il fut lauréat du prix Rumford en 1895 pour ses travaux sur l'électricité, ainsi que de la Médaille Franklin en 1915 pour récompenser les contributions de ses découvertes à l'amélioration du bien-être de l'humanité.<o:p></o:p>



    Louis se consacre au marché de la pellicule couleur et au cinéma en relief. Il invente un haut parleur de papier plissé et, pendant la guerre, il met au point un réchaud catalyse fonctionnant à l'essence pour réchauffer l'habitacle des avions. En 1919, il est élu membre de l'académie des sciences et abandonne la direction de son usine un an plus tard.

    À soixante ans Auguste décide de se consacrer à des recherches médicales. Certaines de ses réflexions (celle concernant l'utilisation du tulle gras sur des brûlures, par exemple) montrent sa pertinence, mais d'autres sont plus douteuses et sa notoriété est mise en doute. Sa fortune lui permet de publier de nombreux ouvrages. Son usine prépare même 150 spécialités pharmaceutiques qui seront utilisées dans la clinique Lumière, construite en 1936, où l'on soigne selon les principes tirés des recherches d'Auguste.



    En 1946, Louis lègue à la cinémathèque française plus de 1800 vues qu'il a réalisées avec ses opérateurs.<o:p></o:p>

    Interview de Louis Lumière

    Voila, j’espère que maintenant vous serez plus calé dans l'histoire du cinéma.<o:p></o:p>

    Bon ciné a vous !!!!!!!<o:p></o:p>

    M. Espry

    <o:p></o:p> 

                remerciement à http://fr.wikipedia.org/

     

    PAGERANK GRATUIT: Pour ton référencement, calcul ton pagerank avec pagerank gratuit !


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique